Date: 5 mars 2019

Horaire : 16.00-17.30

Président: Francesco FERRERO, Lead Partnership Officer, Luxembourg Institute of Science and Technology, Luxembourg

Panélistes

Afin de répondre à ces questions, plusieurs intervenants partageront leurs expériences, pratiques et recherches, à savoir :

  • David BECQUET, Digital Consultancy & Architecture, Software AG (Belgium/Luxembourg)
  • Jean SCHILTZ,  Directeur adjoint Smart Mobility, Ministère de l’Economie (Luxembourg)
  • Patrick WEBER, Département de la Mobilité, Ministère de la Mobilité et des Travaux publics (Luxembourg)
  • Jean-Luc WEIDERT, Administrateur - Ingénieur, Schroeder & Associés (Luxembourg)

Contexte

La modélisation des transports de passagers et de marchandises dans les nouveaux scénarios de planification intelligente renvoie à l’optimisation de multi-modalité de l’offre de transports publics ainsi qu’aux interactions et impacts des véhicules connectés, coopératives et automatisés avec les conducteurs / passagers. En effet, le développement constant de la population et de l’espace urbain et la nécessité de garantir une meilleure fluidité dans la mobilité des personnes et des marchandises encouragent les décideurs au niveau européen, sur le plan national et local à repenser la mobilité sous différentes formes, à anticiper ce que pourrait représenter les systèmes de transport intelligent de demain.

Toutefois, la possibilité de subvenir aux nouveaux besoins impose aussi une recherche alternative aux solutions basées uniquement sur une croissance sans cesse grandissante des infrastructures et réseaux ferroviaires et routiers. C’est à ce niveau qu’intervient la notion de systèmes de transport intelligent incorporant l’application de nouvelles technologies au domaine de la mobilité, une intégration et une interaction de différents moyens de transport (actuels et futurs). Cette notion de systèmes de transport intelligent devient un enjeu majeur pour toucher toutes les parties prenantes d’un espace géographique concerné.

Le développement rapide et généralisé d’applications technologiques dû à la fois à la maturité des technologies sous-jacentes, comme l’internet mobile ou encore le déploiement des infrastructures 4G et prochainement 5G, ne permet pas encore aujourd’hui de cerner pour autant comment cela aura un impact sur l’aménagement de la planification urbaine de demain, comment cela aura une réelle incidence sur les enjeux environnementaux et sociaux de la ville de demain (accès aux services, qualité de vie, sécurité, etc.), comment il sera possible de réussir le déploiement de systèmes de transport intelligent tout en respectant les contraintes budgétaires qui touchent la sphère publique comme les entreprises privées. Mais au-delà de ces choix technologiques, se pose fondamentalement la question des responsabilités de chacune des parties prenantes impliquées dans la modélisation et le développement de système de transport intelligent ; responsabilités à la fois enchevêtrées et dispersées entre différentes parties prenantes, la Commissions Européenne, l’Etat, les collectivités, la Ville et les entreprises privées.

Cette table ronde veillera ainsi à aborder l’ensemble de ces préoccupations pressantes au travers des questionnements ci-dessous.

Questionnement

  • Comment penser les déplacements ou tout simplement, le rapport de l’usager face à la mobilité, en présence d’une diversité de moyens de transport (c'est-à-dire l’interaction entre la compréhension de la dynamique de croissance urbaine et son interaction avec les réseaux de transport), y compris les véhicules connectés, coopératives et autonomes ?
  • Comment les nouveaux modèles de services tels que le paradigme « Mobility-as-a-Service » (Mobilité en tant que service), la ubérisation de la mobilité, etc. influenceront-ils l'avenir de la mobilité et surtout des transports de masse ?
  • Comment intégrer l’ensemble des usagers conformément aux besoins et ressources de mobilité spécifiques des citoyens (vulnérabilité, niveau de revenus, etc.) ?
  • Quelles catégories d’investissements dans cette mobilité peuvent donner une forme d’avenir aux villes (réductions d’émissions de carbone, favoriser une mobilité innovante, une intermodalité, etc.) ?
  • Comment chacun des acteurs de cette mobilité, autorités publiques (sur le plan européen, national, local) régie de transports public, acteurs privés (taxis, autocars, velib/autolibs), opérateurs d’infrastructures (parkings, ponts, tunnels) s’inscrit dans le système, se concurrence et s’intègre pour la gouvernance et leadership de la ville intelligente ?

Partager cette page